Séparation
Imprimer
Titre
Tous Champions du tri
Titre
Déchets dangereux : tous à la déchèterie !
Déchets dangereux : tous à la déchèterie !
Explosifs, irritables, corrosifs, etc. Malgré leur mauvais… caractère, les déchets dangereux doivent être bien traités pour qu’ils ne nuisent pas à notre environnement ni à notre santé. Les Vendéens l’ont bien compris puisque, en moyenne, chacun en a rapporté, l’an passé, 2 kg en déchèterie.
Ils sont partout dans notre quotidien, dans le garage, dans la cabane de jardin, sous l’évier,… Ils, ce sont les pots de peinture, les tubes de silicone, les produits anti-mousse, les bidons de chlore ou encore les huiles alimentaires. Tous ces produits dangereux doivent être déposés en déchèterie afin d’être envoyés vers des filières spécifiques de recyclage ou d’élimination :
- les huiles de vidange sont régénérées pour refaire de l’huile moteur ;
- les filtres à huile usagés sont recyclés. Les différents composants des filtres (papier, acier, huile) sont séparés puis recyclés (papier, acier). L’huile extraite est régénérée ;
- les produits aqueux sont traités à l’aide de procédés physico-chimiques permettant de séparer les différentes matières avant de les acheminer vers les unités de traitement appropriées.
L’idéal est, bien entendu, d’éviter l’utilisation des produits dangereux. Les techniques de jardinage biologique ou les produits nettoyants écologiques évitent le recours à ces produits à risques.

Retrouvez plus d’infos dans le guide de Trivalis sur la prévention et le tri des déchets dangereux : brochures de Trivalis
Le tri des déchets électriques et électroniques
Le tri des déchets électriques et électroniques
Les bons chiffres du recyclage des déchets électriques et électroniques
Nous tous, habitants de Vendée, nous trions de plus en plus nos déchets électriques et électroniques appelés D3E. Ce bon tri permet de placer le département en tête au niveau national pour la collecte des D3E et à la première place au plan régional.
Avec presque 11 kg de D3E triés dans les déchèteries, dans les magasins ou via les organismes solidaires comme Emmaüs, les Vendéens sont définitivement « Tous champions du tri » des déchets électriques. Cette performance se situe au-delà de l’objectif national fixé à 8 kg par an et par habitant. Il reste malgré tout une marge de progrès puisque le gisement est estimé à 16 kg par an et par habitant.

Economiser nos ressources naturelles et ne pas polluer
Au total, ce sont 5 100 tonnes de déchets électriques et électroniques qui ont été collectés en 2012 en Vendée. Cette collecte a entrainé la valorisation de 4 393 tonnes de déchets, les 707 autres tonnes ayant été éliminées dans des installations spécialisées.
Cette valorisation a permis d’économiser l’équivalent de 6 243 barils de pétrole brut et d’éviter l’émission de 3 039 tonnes de CO2. L’objectif de la filière est également d’extraire puis de neutraliser les substances potentiellement dangereuses présentes dans les D3E.

Renforcer encore la formation et l’information
Pour renforcer le tri des D3E et éviter, par exemple, qu’un climatiseur termine dans la benne ferraille et ne soit pas dépollué, Trivalis forme régulièrement les agents de déchèterie et leur propose notamment la visite de l’usine de recyclage Triade à Angers. Chaque habitant peut ainsi questionner son agent de déchèterie pour savoir où déposer ses déchets électriques et électroniques. Le site www.eco-systemes.fr répond également aux questions que l’on peut se poser sur les objets à trier et sur leur devenir. Des moyens d’informations complémentaires pour rester Tous champions du tri.
Sources : eco-systemes
Le tri des Textiles
Le tri des Textiles
Depuis plusieurs années, nous nous sommes habitués à trier les textiles pour qu'ils soient donnés, revendus,... Mais savez-vous que l'on peut déposer également dans les bornes textiles, des vêtements abîmés ou des vieilles chaussures ?

En Vendée, 300 bornes de collecte sont implantées sur tout le département. Ces bornes gérées par la Croix rouge, le Secours populaire, le relais Emmaüs ou encore, le Secours catholique, permettent de collecter les textiles et les chaussures pour leur donner une seconde vie. Le site Internet www.lafibredutri.fr propose une carte où il suffit de taper son code postal pour découvrir où se situent ces bornes près de chez soi.

Des textiles lavés et séchés
Les vêtements qui arrivent en bon état seront revendus ou donnés par les associations qui les collectent. Mais il est également possible de déposer des textiles usagés voire déchirés. Dans ce cas, ils seront transformés en chiffon ou en isolant. Quelle que soit leur deuxième vie, les textiles doivent être déposés lavés et secs; le mouillé pourrit et le souillé pollue ! Dans tous les cas, nul besoin de les repasser, ni de les plier.

Des chaussures au bonnet
Les chaussures aussi ont droit à une seconde vie. Qu'elles soient en cuir, en plastique ou en tissu, il est possible de les déposer dans les bornes textiles. Il est demandé de les attacher ensemble pour qu'elles ne se séparent pas pendant la collecte. On peut également déposer dans les bornes, les chaussettes trouées, le pantalon que l'on ne met plus, le t-shirt devenu trop petit, la cravate trop fleurie, la robe trop courte, les gants fripés et le bonnet bigarré. Un drap déchiré suit le même chemin. Tous ces textiles et chaussures, dont nous n'avons plus l'usage, pourront être réutilisés par d'autres ou recyclés.

Alors pour le tri en tout genre, devenons tous champions du tri.
Halte au gaspillage alimentaire
Halte au gaspillage alimentaire
SOS d’une pomme en détresse

Une pomme un peu flétrie, un yaourt périmé, une boite de conserve oubliée, … lorsque l’on fait le compte, on constate qu’un Français jette à la poubelle en moyenne 20 kg d’aliments par an. Pourtant des solutions simples et pratiques existent pour stopper le gaspillage.

Lorsque l’on jette à la poubelle un yaourt périmé ou à moitié consommé, cela n’a l’air de rien. Pourtant à l’échelle d’un département, d’un pays et de la planète, cela pose de véritables problèmes environnementaux, éthiques et financiers. A titre d’exemple, il faut 1 000 litres d’eau pour produire un kilo de farine, 16 000 pour un kilo de viande rouge. Gaspiller ces aliments est d'autant plus inquiétant que les besoins en nourriture et, par conséquent, en eau risquent de doubler d'ici 2050.

Moins gaspiller en France et en Vendée
En Vendée, les ordures ménagères ont diminué de 78 Kg entre 2003 et 2012. Cela s’explique par la mise en place de nouvelles filières de tri et l’engagement citoyen des habitants ; le développement du compostage individuel, l’augmentation des emballages triés et le bon tri en déchèterie permettent aujourd’hui de valoriser plus de 66 % des déchets vendéens. Ces efforts doivent être poursuivis, notamment dans le domaine du gaspillage, un sujet qui nous concerne en Vendée comme partout dans le pays. En effet, les études, menées par l’Ademe*, montrent que le gaspillage alimentaire est aussi important en ville qu’à la campagne, dans le sud que dans le nord. Ainsi des actions sont menées, dans des collèges, par exemple, pour limiter le gaspillage dans les cantines. A la maison aussi, chacun peut s’engager et dire halte au gaspillage en surveillant les dates de péremption des aliments, en cuisinant les restes, en conservant ses aliments et devenir ainsi Tous champions du tri.

*Ademe : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
Prêtez attention aux dates de péremption
Prêtez attention aux dates de péremption
Toutes les dates de péremption ne signifient pas la même chose. Il convient de bien apprendre à les décrypter car elles cachent des réalités différentes.
Voir tableau ci-dessous.
Info plus
Info
Téléchargez le tableau au format pdf ci-dessous
Info plus
Conservez bien vos aliments
Pour prévenir la dégradation des denrées alimentaires et éviter la propagation des odeurs et des contaminations, il vaut mieux emballer les denrées avant de les ranger dans le réfrigérateur. Préférez des boîtes de conservation réutilisables (il en existe de toutes les tailles) plutôt que des sacs ou films en plastique ou en aluminium jetables. Il est aussi possible de congeler certains aliments pour allonger leur durée de vie. Par exemple, si la date de péremption d'un produit approche et que vous pensez ne pas pouvoir l'utiliser avant, congelez-le : vous pourrez ensuite l'utiliser au moment qui vous conviendra. Surveillez les fruits afin de repérer ceux qui sont abîmés dans la corbeille ; ainsi ils ne contamineront pas les autres.

Astuce : indiquer la date d'ouverture des aliments sur les emballages.

Le saviez-vous ?
Un œuf frais se conserve de 10 à 12 jours à partir de la date de ponte, mais un œuf dur ne reste bon que 2 à 3 jours.
Une fois les paquets ouverts, la charcuterie ne reste consommable que 2 à 3 jours et le fromage frais 3 à 4 jours. Le fromage affiné est plus résistant.
source : Ademe
Dosez bien les quantités cuisinées pour éviter les restes
Comment savoir le poids de pâtes nécessaires pour le repas familial ? Combien de riz cuire par personne ? Bien doser ses aliments permet souvent d'éviter les restes qui s'accumulent dans le réfrigérateur ou qui sont jetés à la poubelle.
Il est possible d'utiliser des instruments appropriés : verre doseur, tasse, cuillère à soupe et balance sont quelques ustensiles bien pratiques pour calculer les quantités adaptées au nombre de personnes à table.
Indication sur les doses

Pour une personne adulte, on dosera :
Lentilles : 3 cuillères à soupe bien remplies
Riz : ½ verre
Pâtes : un verre par personne
Poisson : 140 g par personne
Brocolis : 2 « bouquets »
Pommes de terre : 5 petites pommes de terre
Laitue : un bol (type bol de céréales)

source : ademe
Accomodez les restes plutôt que de les jeter
On ne pense pas toujours à cuisiner les restes. Pourtant, il existe des recettes très faciles : salades froides pour les pâtes, gâteaux pour finir les œufs et le beurre, pain perdu pour le pain rassis, etc.

Quelques exemples d'utilisation possible de restes ou de légumes un peu abimés :
• Les fruits et légumes abimés, une fois les parties gâtées enlevées, peuvent servir pour des soupes, des gratins de légumes, de la ratatouille, des tartes, des gâteaux,...
• Les fruits trop murs peuvent être transformés en purée de fruits.
• Le pain rassis est utilisable :
- en tartines : tranché et grillé au four ou au grille-pain, frotté avec une gousse d'ail et garni de petits morceaux de tomates chaudes rehaussées d'un filet d'huile d'olive. Vous pouvez décliner ces tartines à volonté avec des garnitures variées.
- en pain perdu : le pain est trempé dans un mélange d'oeuf et de lait et cuit à la poêle.
- en chapelure : mixé finement au robot et stocké, il peut servir sur un gratin, dans des farces, des boulettes, des terrines...
- en croûtons, pour accommoder une salade, une soupe...
source : Ademe